petites plantes en godet alignées
Histoires professionnelles, Horticulture

Godets biodégradables, l’utilisation par les pépiniéristes

Rencontre avec Energy Green, distributeur Fertilpot en Italie

Pour ce nouvel article des histoires de professionnels, j’ai suivi Alessandro Guglielmi, directeur de Energy Green pour en savoir plus sur les godets biodégradables et leur utilisation en Italie. Je l’ai accompagné pendant une journée dans la province de Turin où il m’a expliqué son travail et les produits Fertilpot qu’il commercialise sur le marché italien. Durant notre tournée, nous avons également rencontré deux de ses clients, qui ont décidé de modifier leurs modes de cultures en passant à des godets écologiques. Ce fut une journée riche en découverte avec des témoignages forts intéressants ! 

Quand j’ai contacté Alessandro pour en savoir plus sur les Fertilpot, après avoir vu une publication sur LinkedIn (comme quoi ça facilite vraiment les contacts !), je ne vous cache pas que j’avais plein de questions à lui poser. Notamment, la différence en termes de culture entre un pot biodégradable et en plastique. Mais aussi d’un point de vue professionnel, est-ce facile de changer ses habitudes pour adopter les pots en fibres de bois ? Comment adapter sa production ? Et le coût d’un tel changement ?  

Présentation du Fertilpot 

La journée s’est donc déroulée en trois temps, le premier est consacré à la découverte du produit. Alessandro commence son explication par la culture des plantes en godets traditionnels et la façon dont les racines enveloppent la paroi en plastique en formant une spirale. De ce fait, il explique que l’intérieur de la motte de terre ne possède que peu de racines. Lorsque l’on retire la plante du godet pour la remporter ou la planter en plein terre, la motte se casse, les racines ne sont pas agglomérées et cela provoque un choc à la plante.  

Ainsi est née l’idée de Fertilpot, créé par une entreprise française qui propose une alternative naturelle et biodégradable : des pots composés exclusivement de fibres de bois. De cette manière, les racines se développent dans la motte de terre ainsi qu’à l’extérieur du godet, cela favorise la croissance de la plante. L’entreprise française en question est Fertil S.A

fertilpot sur conteneur plastique

Entrons dans les détails techniques 

fertilpot mouillé

Alessandro me montre l’utilisation du Fertilpot. Contrairement à un pot en plastique standard, le godet s’imprègne d’eau jusqu’en haut. L’eau ne s’écoule pas directement vers le fond, elle ne stagne pas. Elle humidifie toutes les parties du pot et cela permet aux racines de se développer de manière uniforme, aussi bien en bas qu’en haut. 

Comme je vous le disais, ce type de culture en godet permet d’éviter à la plante le choc du rempotage. Avec un godet biodégradable, on ne la retire pas de son pot et les racines sont déjà dans de bonnes conditions pour être mises en terre. 

La manipulation des godets Fertilpot

Le bémol de cette solution c’est bien évidemment lorsque le godet est mouillé car il est difficile de le manipuler. Pour les professionnels, comme les pépiniéristes, c’est une solution compliquée à mettre en place à grande échelle. Il ne faut pas oublier qu’en pépinière, les plantes sont déplacées en serre, mises à l’air libre donc en proie aux intempéries, s’ajoute à cela la question des expéditions… Pour cela, Alessandro m’explique les solutions qu’ils ont trouvé chez Energy Green. 

Et c’est du côté de l’Allemagne qu’il a trouvé la solution adaptée à ses clients !  Il a choisi de proposer à ses clients des conteneurs en plastique très résistant pour pouvoir manipuler les godets Fertilpot.  

« Mais c’est du plastique donc quel est l’intérêt ? »

Alessandro me répond qu’effectivement c’est du plastique et dans ce cas précis, c’est un matériel résistant et surtout réutilisable. Ce n’est donc plus du plastique mono-usage mais une solution durable. Mon interlocuteur m’explique qu’à ce jour, c’est le seul moyen qu’il ait trouvé pour répondre de manière efficace au problème de nombreux pépiniéristes en Italie. 

Energy Green a travaillé longtemps aux côtés du fournisseur allemand sur la conception des conteneurs afin de trouver les formes idéales pour maintenir les godets et ne pas entraver la bonne croissance des plantes. Ces conteneurs sont conçus pour résister en extérieur et favorisent la circulation de l’air en-dessous et sur les côtés de chacun des pots. Ainsi, les plants ne sèchent pas. Il appelle ça « l’effet cheminée » entre les trous du dessous et les canaux latéraux. Ils ont créé de nombreuses dimensions pour répondre à tous les exigences et types de cultures de leurs clients. 

conteneurs plastique pour fertilpot

Quel est le coût pour le client ?  

L’achat de ces conteneurs est à considérer comme un investissement car par la suite l’entreprise les conserve ou bien met en place un système de consigne lors du transport, m’explique Alessandro. Energy Green garantie pendant 5 ans les conteneurs. Il me raconte qu’un de ses clients en Ligurie utilise les mêmes depuis les années 2000. Un autre avantage c’est qu’il se nettoie facilement et peut être stérilisé, contrairement aux conteneurs en polystyrène expansé. 

Energy Green s’investit beaucoup pour faire adhérer leurs clients au projet des pots biodégradables car la taxe “plastic tax” est en train de se mettre en place et chaque secteur d’activité est impacté. La difficulté sera donc d’abandonner le plastique mono-usage et trouver des alternatives qui permettent aux entreprises de conserver le même rendement et la même qualité de produits.  

Le changement pour les pépinières est-il facile ?  

pepiniere arbustes

« Cela dépend des entreprises et habitudes », me raconte Alessandro. Certaines entreprises opèrent un changement radical alors que d’autres essaient sur de petites quantités pour augmenter progressivement.
Quand ils ont trouvé la méthode adaptée à leurs cultures alors ils passent au 100% pots en fibres de bois couplé aux conteneurs en plastique résistants. Cela fait de nombreuses années que Energy Green travaille dans le secteur des godets biodégradables auprès des professionnels et ils constatent que le changement se fait dans la durée. Il faut 3 à 4 saisons pour convaincre les professionnels d’essayer, puis les accompagner pendant la période de transition des godets en plastique mono-usage à ceux en fibres de bois. 

Il se réjouit d’avoir aussi une clientèle jeune qui souhaitent faire ses essais soi-même et beaucoup plus encline à tester des alternatives au plastique.  

Les inconvénients pour l’entreprise 

Évidemment, cela implique aussi qu’il faut modifier les machines de rempotage et prendre de nouvelles habitudes de travail pour manier des godets différents de ceux en plastique. En ce qui concerne le coût, Alessandro est lucide “le coût est supérieur par rapport au plastique et dépend aussi des volumes. Il ne faut pas se faire d’illusion, c’est difficile d’être aussi compétitif que des produits fabriqués à partir de pétrole et l’industrie de la chimie qui a été développée ces dernières décennies”

L’évolution de l’utilisation des godets biodégradables sur le marché italien 

Il y a un intérêt plus fort ces dernières années et le marché est en croissance, dû au fait qu’il y a une plus forte sensibilité à l’utilisation des matériaux écologiques utilisés. Toutefois, Alessandro ne pense pas qu’il y aura un changement radical du jour au lendemain. Cela se fera progressivement secteur par secteur.  

Rencontre avec les pépiniéristes 

Nous avons continué cette journée avec la visite de deux entreprises ; l’une spécialisée dans l’horticulture et les fleurs d’ornement, la pépinière Le Serre basée à Piobesi Torinese. L’autre, la pépinière Purpurea, produit et commercialise des arbustes, arbres ornementaux et plantes vivaces. Deux entreprises avec des besoins différents. Toutes deux ont décidé de tester le Fertilpot pour leurs cultures.  

Pépinière Le Serre, fleurs ornementales et potagères

conversation dans une serre

J’ai donc d’abord fait la rencontre de Sergio Ferraro, gérant de la pépinière Le Serre. C’est une entreprise familiale spécialisée dans l’horticulture et les fleurs d’ornements depuis plus de 40 ans. Ils vendent directement aux jardiniers et aux mairies. Sergio m’explique qu’ils ont fait le choix de remplacer les godets en plastique mono-usage de manière progressive. Pour tester l’utilisation, pouvoir adapter leur mode de production et ainsi fournir à leurs clients des produits de la même qualité. 

Pour lui, la solution des godets biodégradables que l’on peut mettre en terre est un réel avantage et un vrai gain de temps. Pour faire un parterre de fleurs, on ne perd plus de temps à retirer le pot, on plante directement. De plus, la plante se développe mieux, elle s’enracine plus vite. 

Et quand je lui demande si ça a été facile de remplacer les godets en plastique, il me répond qu’au début il y avait un peu d’hésitation dû au fait de devoir changer des techniques de cultures consolidées depuis des années. Il ajoute qu’il a fallu revoir la quantité de terreau et étudier comment réagissaient les plantes.

“Ce sont des problèmes bien sûr mais des problèmes qui se résolvent pendant la première année de production” (Sergio) 

Pépinière Purpurea, arbustes et plantes vivaces

horticulteur piemont

J’ai ensuite rencontré Alberto Peyron, gérant de la pépinière Purpurea, spécialiste dans la production d’arbustes. Au contraire de Sergio, il a décidé de changer radicalement ses habitudes en passant 100% Fertilpot l’année dernière.

Purpurea travaille avec les professionnels (BtoB). Ils ont pris cette décision suite à leur adhésion à la marque de qualité “viva i fiori”. Ils ont alors décidé de s’investir encore un peu plus dans la démarche du développement durable.

Ils travaillaient déjà sur des thématiques de développement durable comme le paillage, le désherbage manuel et l’utilisation de matériel biodégradable. La question du conteneur était donc un sujet important sur lequel ils souhaitaient évoluer. Alberto m’explique également que d’un point de vue commercial, cela leur permet de se différencier sur le marché.

Je lui demande également si ça a été facile techniquement de passer des pots en plastique au biodégradables. Alberto me confie que la plus grande difficulté a été de savoir comment manipuler les godets et apprendre avec son équipe de nouveaux gestes au quotidien. L’autre bémol concerne les commandes à des fournisseurs externes pour compléter ses commandes aux clients. Ses achats arrivent bien souvent en godet plastique.

Alberto raconte qu’après seulement une saison d’expérimentation, il observe des avantages sur la croissance des plantes, un meilleur enracinement et la possibilité de valoriser ses choix de production auprès de ses clients.

Qui est Energy Green ? 

C’est un distributeur de matériel horticole en Italie, ils collaborent notamment avec l’entreprise productrice Fertil en France. Energy Green a été créée en 2010 mais son histoire est plus ancienne que cela et la distribution de produits spécialisés pour le marché de l’horticulture italien  remonte à 1998. C’est à cette date qu’ils ont commencé à distribuer les godets Fertilpot. Une longue histoire donc ! Aujourd’hui, ils comptent 5 salariés et collaborent avec plusieurs agents commerciaux, ainsi ils distribuent leurs 
produits à travers toute l’Italie. 

Et nous voici arrivé(e)s à la conclusion

Ce fut une journée riche en rencontres et découvertes. Moi qui étais curieuse de comprendre l’utilisation des godets biodégradables, j’ai été ravie de visiter les pépinières de professionnels qui m’ont raconté en tout transparence leurs expériences. Je remercie aussi Alessandro Guglielmi avec qui j’ai eu des échanges très instructifs sur la production horticole à travers l’Italie. Je suis ravie de voir que des entreprises s’investissent pour faire évoluer leurs pratiques de production en limitant l’utilisation du plastique mono-usage. On a toujours l’impression qu’on n’en fait pas assez… Mais ce qui semble être de petits pas pour l’opinion publique est en réalité un grand changement pour les petites entreprises. Je trouve cela important de valoriser leurs changements et leur démarche écologique.
Si cet article vous a plu, partagez-le sur vos réseaux sociaux ! Je vous invite également en découvrir les autres articles dans le rubrique « découverte du monde agricole et horticole » 🙂

banniere inscription newsletter